Accueil du site / Home_fr / Actualités / Du côté des auteurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |>

  • 2015

    mars

    Lydie Wisshaupt-Claudel et Nicolás Rincón Gille primés au Festival Cinéma du Réel à Paris
    Le 30 mars 2015
    Le Festival Cinéma du réel, consacré au documentaire de création, a récompensé deux films belges, en compétition internationale, Killing Time - Entre deux fronts de Lydie Wisshaupt-Claudel produit par (...)

    Killing Time - Entre deux fronts de Lydie Wisshaupt-Claudel nous plonge en plein désert californien dans l’immense base de Marines de Twentynine Palms, de retour du front ou en attente d’un départ pour l’Afghanistan, de nombreux jeunes soldats en transit y viennent pour y tuer le temps.
    Les journées passent. Les mondes civils et militaires se rencontrent. Ceux qui rentrent s’efforcent, en vain, de combler le vide intérieur laissé par la guerre, dans une ville qui apparaît aride et labyrinthique. À travers une déambulation dans Twentynine Palms, le film propose des rencontres éphémères avec cette jeunesse meurtrie et dresse, en toile de fond, l’image d’une société en doute.

    Sortie prévue en Belgique pour l’automne prochain.

    Le palmares sera repris ce Jeudi 2 Avril à la ScamFrance.

    Noche herida (Nuit blessée) de Nicolás Rincón Gille, est le dernier volet de la trilogie de l’auteur sur la réalité colombienne après Los abrazos del rio (Ceux qui attendent dans l’obscurité)et En lo escondido (L’étreinte du fleuve).

    En lo escondido, avait déjà été primé à ce même festival, en 2007.

    Sur les collines périphériques de Bogota, parcourant les couloirs étroits qui séparent les maisons de fortune, un écho de jeunes voix voyage : Ils sont toujours là, malgré leur assassinat par l’armée, il y a six ou sept ans. Leonardo, Omar, Jaime Estiven, Diego, tant d’autres visitent encore leurs mères. Maria Eugenia et Blanca, deux mères de famille, leur demandent de protéger les leurs …
    Le film nous parle de révolte et d’imaginaire populaire à travers le portrait de cette grand-mère.

    Voir la bande annonce

  • Joelle Milquet a présenté son premier bilan du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles
    Le 27 mars 2015
    Joëlle Milquet, Ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles a présenté son premier bilan du Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le Centre du Cinéma, (...)

    Le Centre du Cinéma, est le premier partenaire du cinéma belge francophone, il disposait en 2014 d’une enveloppe budgétaire de 28,26 millions d’euros.
    Dotée d’une enveloppe de 9,83 millions d’euros, la Commission de Sélection des Films a soutenu 140 projets, dont 16 longs métrages de fiction en écriture et 23 en production, parmi lesquels figurent plusieurs de nos membres SADC/Scam : Le Tout Nouveau Testament de Jaco Van Dormael, Noces de Stephan Streker.

    En 2014, les films belges francophones ont ainsi remporté plus de 120 prix dans des festivals internationaux. Au total, 31 films d’initiative belge francophone sont sortis en 2014 dans les salles belges et 18 dans les salles françaises, totalisant 1.321.259 spectateurs (16.194.473 spectateurs si l’on y ajoute les coproductions minoritaires). Le film phare de 2014 est Deux jours, une nuit de Jean-Pierre et Luc Dardenne (570.000 entrées), suivi de Pas son genre de Lucas Belvaux (375.000 entrées) et Les Rayures du Zèbre de Benoît Mariage (130.000 entrées).

    Si la Ministre a pu se réjouir du nombre important de films soutenus, de la diversification des coproductions internationales et de la belle circulation des films belges francophones en festivals, elle a néanmoins constaté, avec la profession, que malgré les nombreux efforts consentis depuis quelques années pour améliorer la diffusion du cinéma belge francophone en ses terres, celle-ci reste encore trop faible, et sera donc au cœur des actions qu’elle compte mener durant son mandat.

    A ce propos l’opération Bouger les lignes qui vise à adapter notre politique culturelle à l’évolution de la société, a lancé cette semaine sa coupole Promotion des Artistes avec ses ateliers de concertations, au programme :

    Diffusion de l’offre culturelle a débuté ce 20 mars.

    Aide à la création et accompagnement des artistes a débuté ce 23 mars.

    Promotion des artistes a débuté ce 27 mars.

    Prochain rendez-vous le 3 avril pour le lancement de l’atelier Statut, emploi et formation des artistes.

    Documents à télécharger

  • Soirée d’Hommage au dramaturge Eric Durnez au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris ce samedi 28 mars 2015 à 16h
    Le 26 mars 2015
    Décédé le 6 juin 2014, et unanimement considéré comme l’un des auteurs les plus importants de sa génération en Communauté française de Belgique, la forte personnalité et le rayonnement d’Éric Durnez seront (...)

    Né à Bruxelles en 1959, Éric Durnez membre de la SACD depuis 1990, il avait étudié la mise en scène théâtrale à l’INSAS. Son parcours professionnel et artistique l’avait conduit à travailler dans différents milieux sociaux et culturels.

    Tour à tour, metteur en scène, comédien, dramaturge, journaliste et producteur radio, animateur et formateur, organisateur de concerts, coordinateur d’un festival de musique classique et chargé de cours au Conservatoire Royal de Mons, Éric Durnez vivait ces dernières années dans le sud-ouest de la France où il se consacrait principalement à l’écriture.

    Son intense activité littéraire a donné naissance à une œuvre très diversifiée qui se compose de romans, nouvelles, poèmes, pièces de théâtre et scénarios de cinéma.

    Abordant de nombreux genres et recherchant sans cesse de nouveaux styles, Éric Durnez est l’auteur d’une trentaine de pièces dont la plupart sont publiées aux Éditions Lansman :

    À plat (1994), Échange clarinette (1998), Le début de l’après-midi, A, Cousu de fil noir, La douzième île (1999), Le paradis sur terre (2000), La maman du prince, Dix moi, Sokott (2002), Bamako (2003), Cabaret du bout du monde (2004), Sparadrap et Aspartame (2005).

    Éric Durnez était aussi membre fondateur et vice-président de l’association internationale "Écritures vagabondes".

    Éric Durnez avait reçu de nombreux prix durant toute sa carrière dont deux de la SACD :

    En 1999, le Prix de la Création Théâtrale pour sa pièce A
    En 2002, le Prix de la Dramaturgie Francophone pour sa pièce Bamako

  • Thierry Michel et Colette Braeckman décrochent le grand prix Golden Butterfly du Festival Movies That Matter de La Haye
    Le 26 mars 2015
    Le film du réalisateur Thierry Michel et de la journaliste Colette Braeckman L’Homme qui répare les femmes a reçu le premier prix, un "Golden Butterfly" (papillon d’or) au Festival Movies That (...)

    Ce festival annuel de films et de débats sur les Droits de l’Homme dans la capitale néerlandaise, a succédé au festival du film de l’organisation de défense des Droits de l’Homme Amnesty International.

    La sortie en salles de ce documentaire est annoncée pour le 15 avril au cinéma Vendôme à Bruxelles ainsi que dans divers cinémas de Wallonie et de Flandre. Il engagera ensuite une tournée mondiale à Paris, Montréal, New York, Washington et Genève.

    Synopsis :

    Prix Sakharov 2014, le Docteur Mukwege est internationalement connu comme l’homme qui répare ces milliers de femmes violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la République Démocratique du Congo, un pays parmi les plus pauvres de la planète, mais au sous-sol extrêmement riche.

    Sa lutte incessante pour mettre fin à ces atrocités et dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables, dérange.

    Fin 2012, le Docteur est l’objet d’une nouvelle tentative d’assassinat, à laquelle il échappe miraculeusement.

    Menacé de mort, ce médecin au destin exceptionnel vit dorénavant cloîtré dans son hôpital de Bukavu, sous la protection des Casques bleus des Nations unies.

    Mais il n’est plus seul à lutter. A ses côtés, ces femmes auxquelles il a rendu leur intégrité physique et leur dignité, devenues grâce à lui de véritables activistes de la paix, assoiffées de justice.

  • La Société des Auteurs Audiovisuels publie la deuxième édition de son livre blanc sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe.
    Le 25 mars 2015
    Préfacé par les réalisateurs belges Luc et Jean-Pierre Dardenne et la réalisatrice britannique Susanna White et soutenu par la FERA (Fédération européenne des Réalisateurs de l’Audiovisuel) et la FSE (...)

    Préfacé par les réalisateurs belges Luc et Jean-Pierre Dardenne et la réalisatrice britannique Susanna White et soutenu par la FERA (Fédération européenne des Réalisateurs de l’Audiovisuel) et la FSE (Fédération des Scénaristes d’Europe), le Livre blanc de la SAA livre des données et statistiques sur les performances des secteurs européens du cinéma et de la télévision et les défis auxquels ils sont confrontés. Il présente la position des auteurs dans l’industrie, en ce qui concerne leurs droits et leur rémunération, ainsi que des chiffres exclusifs sur la performance de leurs sociétés de gestion collective. Il analyse l’impact de la révolution numérique sur l’exploitation et la valeur des œuvres audiovisuelles et formule des propositions pour positionner les auteurs au cœur de l’économie créative.

    Cette 2e édition du Livre blanc arrive à un moment clé du calendrier politique européen car la Commission et le Parlement européen sont en train de travailler sur l’avenir du droit d’auteur. Le Parlement européen examine actuellement un projet de rapport sur la mise en œuvre de la Directive Droit d’auteur de 2001, projet vivement critiqué pour ne pas tenir suffisamment compte des auteurs et pour affaiblir leurs droits.

    De son côté, la Commission européenne présentera une stratégie pour le marché unique numérique en mai et prépare une réforme législative sur le droit d’auteur axée sur l’accès transfrontière aux œuvres pour l’automne. La publication de cette 2e édition du Livre blanc de la SAA a pour but d’attirer l’attention des institutions européennes sur les vrais problèmes auxquels les auteurs européens sont confrontés. C’est le point de départ d’une campagne pour renforcer les droits des auteurs dans l’environnement numérique par la mise en place d’un droit inaliénable à rémunération afin d’assurer aux auteurs un partage équitable de la valeur.

    Le livre blanc rappelle l’explosion des différents modes d’exploitation des œuvres audiovisuelles, souligne les opportunités de l’économie numérique et présente les propositions de la SAA pour garantir aux scénaristes et réalisateurs un partage équitable de la valeur.

    A l’heure où le droit d’auteur est à l’examen tant du côté de la Commission que du Parlement européen, la communauté des auteurs de l’audiovisuel attire l’attention des décideurs politiques sur les besoins et les attentes des auteurs dans un paysage audiovisuel en plein bouleversement :

    * Le droit d’auteur est le fondement de la rémunération des auteurs et du financement de la création. Toute discussion relative au droit d’auteur devrait respecter et approfondir ce principe.

    * A ce jour, les perceptions audiovisuelles des membres de la SAA, qui gèrent les droits de plus de 120 000 auteurs, ne représentent que 0,37% du chiffre d’affaire de l’audiovisuel européen.

    * Un droit inaliénable à rémunération, géré collectivement, est la seule garantie pour un auteur d’être associé de manière équitable à l’exploitation de ses œuvres.

    * Toute plateforme distribuant des œuvres audiovisuelles devrait contribuer à cette rémunération.

    * La territorialité n’est pas une entrave à la circulation des œuvres ; elle est, au contraire, le garant de cette circulation et du financement durable d’une production européenne diversifiée.

    Télécharger le Livre blanc ci-dessus

  • Laurence Vielle deviendra Poète National en 2016 !
    Le 23 mars 2015
    L’auteure bruxelloise, membre de la Scam, Laurence Vielle succédera à Charles Ducal et héritera du titre de "poète national" l’année prochaine. Depuis l’année 2014, la Belgique a ses "Poète National" ! (...)

    Depuis l’année 2014, la Belgique a ses "Poète National" !

    Créé à l’initiative du Poëziecentrum de Gand, de La Maison de la Poésie et de la Langue Française de Namur et de la nouvelle organisation littéraire VONK & Zonen d’Anvers, en collaboration avec Passa Porta de Bruxelles, ce titre est un projet d’échange littéraire établissant un pont entre les trois communautés linguistiques de notre pays.

    L’idée s’inspire du ‘Poet Laureate’ existant depuis plusieurs siècles en Angleterre et du ‘Dichter des Vaderlands’ créé en 2000 aux Pays-Bas.

    Durant les deux années où il porte son titre, le poète national est chargé d’écrire au minimum six poèmes sur la Belgique, son histoire ou son actualité. Après avoir été traduits,dans les trois langues nationales, ils sont diffusés via les journaux L’Avenir, De Morgen et Grenz Echo.
    Une fois les deux ans écoulés, le poète national cède son titre à un confrère d’une autre communauté linguistique.

  • Le cinéaste André Dartevelle s’en est allé !
    Le 19 mars 2015
    Françoise Wolff, Présidente du Comité belge de 2001 à 2009 et membre du Conseil d’administration de la Scam de 2001 à 2011 apporte son témoignage André Dartevelle et La Scam J’étais présidente, (...)

    André Dartevelle et La Scam

    J’étais présidente, lorsqu’André s’est présenté aux élections de la Scam en 2007. C’était pour lui une évidence, continuer son parcours de documentariste engagé. La Scam était le lieu du combat du droit d’auteur et du soutien à la création, c’est donc là qu’il voulait et pourrait agir.

    Lorsqu’en 2008 la RTBF était en train de négocier la numérisation de ses archives avec une société extérieure, André alerta le Comité en revendiquant la place et le rôle des auteurs dans ce « trésor universel ». Il a alors publié une carte blanche pour « une sauvegarde complète des archives » en demandant avec force que les auteurs, qui les avaient constituées, aient « un droit de regard et d’accompagnement » sur ce qui était en quelque sorte le témoin en sons et images de notre histoire récente.

    Nous avons suscité un grand mouvement et sous la houlette d’André nous avons organisé des réunions pour inciter les auteurs et réalisateurs à identifier leurs œuvres et à les déclarer à la Scam. Les questions de conservation, de transfert, de sélection, tout a été abordé et, grâce à la collaboration d’Eric Loze que je remercie, le travail a été mené à bien. En plus de cet apport formidable, la participation d’André au sein de la Commission audiovisuelle fut stimulante. Dans la pression pour la reconnaissance et la diffusion du documentaire à la télé, dans le choix des films proposés à nos soirées de projection de documentaires, ou encore dans les rencontres que la Scam organisait au sein de « Filmer à Tout prix ». Que de discussions passionnantes et exigeantes nous avons eues entre les membres audiovisuels autour de recherche de thèmes, de choix de participants, d’extraits à montrer ! Dans la foulée du droit à l’image, nous avons abordé Filmer l’Autre, la mise en péril tant pour l’auteur que pour le sujet filmé, Vérité et mensonge, les images d’archives dans le cinéma documentaire et là encore la grande culture d’André fut des plus précieuses.

    Membre pendant 4 ans du Jury Brouillon d’un rêve, bourse originale de la Scam de soutien à un projet d’auteur avant même qu’un producteur ou une chaîne ne s’y retrouvent, André a adoré ce travail, car là était la relève, et là aussi notre mission.

    Témoin, passeur, ce véritable anthropologue de la mémoire, a mené par ses reportages et documentaires une lutte contre l’oubli en pratiquant comme il l’a revendiqué « la remémorisation, cet outil mental qui permet à la mémoire de se libérer par la parole, et avec le corps de vibrer en accord avec lui ».

    Merci André.

    Françoise Wolff

    Historien de formation, issu de l’ULB, le documentariste, membre de la Scam depuis 1992, avec le grade de Sociétaire depuis et par ailleurs membre très actif du Comité belge (de 2007 jusqu’à aujourd’hui), André Dartevelle s’est éteint ce samedi 14 mars à l’âge de 70 ans. Reporter de grandes émissions durant 33 ans à la RTBF (il réalisa plus de 150 reportages pour notamment : Neuf Millions Neuf, Faits Divers, A Suivre, Strip Tease,…), il s’était orienté par la suite comme réalisateur/producteur indépendant, principalement pour ARTE et avait parallèlement enseigné « L’histoire du documentaire à la télévision » à l’INSAS.

    Au cours de sa longue carrière, il a collaboré avec des cinéastes comme Michel Khleifi, Gérard Corbiau et Manu Bonmariage. Ses thèmes de prédilection étaient la Seconde Guerre mondiale, l’art et les conflits dans le monde, son approche avant tout historique et sociale. Sa filmographie comprend entre autres Bruxelles Réquiem (1993), la série A mon père résistant (1995), Chômeur pas chien (1999), Léni la vie après la mort (2004).

    Trois journées d’Août 1914 (2014) fut sa dernière réalisation. « Ce film s’intéresse à la dette que nous avons envers les trois générations qui nous ont précédés dans une guerre qui leur a été imposée en août 1914, et ne s’est terminée qu’avec l’effondrement du Reich millénaire en 1945. » Il avait été projeté en novembre dernier au Festival Internationl de Cinéma documentaire Millenium à Flagey au cours d’un hommage qui lui avait été rendu.

    André Dartevelle a œuvré pour la nécessité de sauvegarder et de gérer le patrimoine audiovisuel considéré comme sources historiques à part entière, il disait à ce propos :

    « La mémoire se construit de plus en plus avec ce que l’audiovisuel a produit. Tout ce que les télévisions ont produit en cinquante ans représente une masse d’archives exceptionnelles sur la société contemporaine. Le grand problème consiste à gérer ces archives ! Comment les sauvegarder pour qu’un jour ces images puissent jouer leur rôle, pour qu’elles fassent le lien entre une mémoire vivante et l’Histoire ? La mémoire doit nourrir l’Histoire et pas le contraire. »

    André a aussi pu terminer d’écrire ses mémoires à temps…

    Un documentaire est actuellement en développement.

    Le samedi 21 mars à 11h , sa veuve, Emmanuelle Dupuis, vous invite à venir pour rendre hommage à André Dartevelle. Ce ne sera pas une cérémonie religieuse bien qu’elle se déroulera en l’Eglise Sainte Alène, avenue des Villas 51 à Saint-Gilles."

  • Appel à candidature - atelier d’écriture Scam/CVB # 2
    Le 18 mars 2015
    La Scam et le CVB s’associent pour des ateliers d’écriture permettant à des auteurs d’être accompagnés dans leur projet de documentaire de création en cours d’écriture. L’objectif de ces ateliers est non (...)

    Un atelier pour les auteurs d’un projet de documentaire audiovisuel

    L’atelier est ouvert à tout projet en phase d’écriture dont une première version est déjà aboutie. Le dit projet peut avoir préalablement bénéficié d’une bourse ou d’une aide au développement.

    Le principe des ateliers est basé sur des séances de travail collectif réparties sur environ dix semaines et pendant lesquelles des « tuteurs d’écriture », engagés pour l’occasion, accompagnent les auteurs durant tout le processus : ils sont présents lors des séances collectives animées par Cyril Bibas, producteur au CVB, et assurent par ailleurs un suivi personnalisé par auteur. Chaque atelier est ouvert simultanément à deux auteurs de la Scam et à deux auteurs du CVB.

    Pour la saison 2014/2015, la Scam et le CVB mettent en place deux ateliers d’écriture répartis sur les périodes de décembre 2014 à février 2015 pour le premier et de mai 2015 à fin juin 2015 pour le second. Les 2 x 2 auteurs issus de la Scam qui participeront à ces ateliers seront sélectionnés via deux appels à candidatures distincts.

    Concrètement, l’atelier d’écriture consiste en :

    • la participation à 3 séances collectives de travail (1 journée complète : présentation et discussion autour des projets et d’éventuels repérages, projection de rushes ou de films en lien avec le projet, axes d’écriture à privilégier, etc.). Ces sessions ont lieu au CVB - Centre Vidéo de Bruxelles, situé au 111 rue de la poste à 1030 Schaerbeek. Voir calendrier ci-dessous.
    • le suivi individualisé par un « tuteur d’écriture » entre chacune des sessions collectives.

    Dates des sessions collectives :

    session 1 : mardi 12 mai 2015
    session 2 : mardi 2 juin 2015
    session 3 : mardi 30 juin 2015

    Modalités de candidature

    Pour avoir accès à cette bourse, il faut remettre un dossier de candidature composé : • du projet de documentaire dans sa première version incluant au minium : un résumé (10 à 15 lignes), une note d’intention (motivations personnelles de l’auteur), une première note sur l’approche formelle et un synopsis long (3 pages). • d’un CV de l’auteur + éventuels DVD ou liens viméo de ses précédentes réalisations.

    La Scam et le CVB mettront en place un Comité de lecture qui sélectionnera les projets retenus.

    Bien que la bourse soit accessible à tout auteur, le Comité de lecture s’intéressera plus particulièrement aux auteurs porteurs d’un premier ou deuxième film documentaire.

    Date de remise des dossiers pour le second atelier :

    Pour l’Atelier #2, qui aura lieu de mai à juin 2015, les candidatures sont ouvertes jusqu’au 22 avril 2015, les dossiers pouvant être remis avant cette échéance.

    Liens utiles

  • Appel à projets : Écriture en Campagne
    Le 16 mars 2015
    La SACD (France et Belgique), La Chaufferie -Acte1-, Théâtre & Publics et Latitude 50 s’associent pour proposer une aide à l’écriture destinée aux compagnies des Arts du cirque et de la rue (...)

    Une aide à l’écriture pour les Arts du cirque et de la rue

    Ces résidences d’écriture, couplées à un accompagnement avec un "auteur-expert", sont proposées pour accompagner et conseiller les porteurs de projets dans leur démarche d’écriture.
    Les compagnies sélectionnées bénéficient d’une bourse couvrant l’intervention de l’auteur-expert et une période de résidence d’écriture de minimum 5 jours à Latitude 50, pôle des arts du cirque et de la rue situé à Marchin.
    L’appel à candidature est ouvert aux compagnies professionnelles belges et françaises des Arts du cirque et de la rue. Un comité de sélection composé d’auteurs et de représentants des partenaires choisira les quatre compagnies qui bénéficieront de cette aide.

    En pratique

    Les dossiers sont à envoyer pour le 1er avril 2015 à minuit à l’adresse camille latitude50.be.

    De plus amples informations sur le projet, la composition des dossiers, les modalités et les conditions de participation sont disponibles sur le sur le site internet de Latitude 50.

  • L’opération « Bouger les lignes » est lancée !
    Le 4 mars 2015
    Ce programme vise à adapter notre politique culturelle aux évolutions de notre société (numérisation, globalisation, interculturalité, interdisciplinarité de l’offre culturelle, évolution (...)

    Un comité de pilotage interdisciplinaire issu du monde de la culture a été chargé d’accompagner et de coordonner l’opération.

    Trois objectifs doivent être atteints en concertation avec le secteur :

    - Déployer une nouvelle offre culturelle.
    - Soutenir une nouvelle demande en investissant dans les publics et les nouveaux publics
    - Construire une nouvelle gouvernance

    Six coupoles de concertation prospective ont été composées avec des représentants du monde culturel. Elles coordonnent les différents groupes de travail qui sont mis en place pour préparer les différents projets concrets à déposer.

    Les thématiques sont les suivantes :

    - Plan de soutien aux artistes et à la nouvelle offre culturelle
    - Nouvelle alliance culture-école
    - Stratégie numérique culturelle francophone
    - Stratégie culturelle dans le cadre de l’économie créative
    - Nouvelle politique de démocratisation et de diversité culturelle
    - Nouvelle gouvernance des politiques culturelles

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |>

Liens utiles