Accueil du site / Home_fr / Actualités / Du côté des auteurs

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |> |...

  • 2017

    avril

    Libération de Keywan Karimi !
    Le 24 avril 2017
    Nous avons la joie de vous annoncer que Keywan Karimi, le cinéaste iranien qui avait été incarcéré et condamné à recevoir des coups de fouet est sorti de prison et a été placé en liberté conditionnelle. (...)

    Condamné à 223 coups de fouet et un an de prison ferme pour un film documentaire, Keywan Karimi avait été incarcéré le 23 novembre 2016 dans la prison d’Evin. Il avait d’abord été condamné à six ans de prison et 223 coups de fouet en octobre 2015 pour “insulte contre les valeurs sacrées” et “propagande contre le régime”. Sa peine avait été ramenée à un an de prison et à 5 ans en sursis, par une cour d’appel en février 2016.

    Writing on the City, son documentaire sur les graffitis et messages inscrits sur les murs de Téhéran depuis la révolution de 1979 jusqu’aux mouvements de 2009, était le motif de sa condamnation, et reste le symbole de son courage. Le film n’a jamais été projeté en Iran, nous vous avions invités à venir le voir lors d’une séance de soutien en février dernier.

    Après avoir fait 5 mois de prison, il a été libéré ce 19 avril 2017, sur la décision de la Cour d’appel. Il reste toutefois sous contrôle judiciaire, jusqu’à fin octobre 2017… sans oublier que la peine de prison de 5 ans, et les 223 coups de fouet peuvent être appliqués à tout moment.

    Keywan Karimi a 31 ans et la vie devant lui. Sa vocation est le cinéma, il vit pour raconter et partager des histoires. Il exprime son amour de l’Iran à travers ses films, véritables témoignages, courageux et lucides, de la réalité de son pays et de son peuple.

    Le dernier film du réalisateur, et sa dernière fiction, Drum a été présenté dans plusieurs festivals, pendant son emprisonnement, notamment, l’été dernier à la Mostra de Venise, et le Festival du film et le forum international sur les droits humains de Genève qui s’est déroulé en mars dernier, lui a dédié cette 15ème édition. La prochaine escale du Drum sera au Festival de cinéma de Buenos Aires.

    Avec les nombreux acteurs qui se sont mobilisés, la SACD et la Scam espèrent qu’il retrouvera une pleine liberté le plus rapidement possible, et se tiendront toujours du côté des auteurs et de la liberté d’expression.

  • Prix Albert Londres : appel à candidatures
    Le 5 avril 2017
    « Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus que de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie » rappelait Albert Londres, précurseur du grand reportage. En partenariat avec la (...)

    Le 79e Prix Albert Londres du grand reportage de presse écrite, le 33e Prix Albert Londres de l’audiovisuel et le 1er Prix Albert Londres du livre seront remis fin juin à Paris. Toute la presse francophone est invitée à concourir.

    Conditions générales de participation

    • Les candidats doivent remplir un formulaire de candidature.
    • Les candidats doivent avoir 40 ans au plus (y compris les co-auteurs) et être francophones. Les candidats peuvent se présenter autant de fois qu’ils le désirent, dans la limite de leurs 40 ans.
    • Les journalistes peuvent se présenter à titre individuel. Il n’est pas nécessaire d’être recommandé par un journal, un diffuseur ou une société de production. Néanmoins, ceux-ci peuvent soumettre des candidats répondant aux critères du présent règlement. La carte de presse n’est pas obligatoire pour concourir aux prix.

    Les dossiers de candidatures doivent être adressés à : Prix Albert Londres / Scam - 5, avenue Vélasquez - 75008 Paris ou albert.londres scam.fr.

    Pour le nouveau Prix du Livre :

    Les dossiers doivent être adressés avant le 12 avril et composés d’un curriculum vitae, du formulaire d’inscription et de 10 exemplaires du livre, publié entre le 1er janvier et le 31 mars 2017. Les livres doivent répondre aux critères journalistiques d’enquête et de grand reportage, à l’exclusion des bandes-dessinées et des livres de photographies.
    Fin mai, une présélection de 4 livres sera rendue publique. Les journalistes présélectionnés devront faire parvenir 15 exemplaires supplémentaires du livre.

    Pour le Prix de la presse écrite :

    Les dossiers, doivent être adressés avant le 6 mai en 25 exemplaires papier OU 1 seul fichier PDF (imprimable au format A4 ou A3) et être composés de 6 reportages maximum (publiés entre le 31 mars 2016 et le 5 mai 2017) et un curriculum vitae.

    Pour le Prix audiovisuel :

    Les dossiers doivent être adressés avant le 6 mai et composés de 10 DVD OU 1 lien internet du reportage ou du documentaire dans sa version télédiffusée entre le 31 mars 2016 et le 5 mai 2017 (les éventuels plateaux insérés lors de la diffusion doivent également être présentés). S’il existe plusieurs versions du reportage, l’auteur doit signaler, sous peine d’être exclu, le nombre de versions existantes, leur date et chaîne de diffusion.
    Un curriculum vitae de (ou des) auteur(s) du reportage : rédacteur(s) et JRI. Tous les auteurs figurant au générique doivent figurés sur le formulaire d’inscription. Les techniciens ne doivent pas y figurer.
    Les candidats présélectionnés devront faire parvenir 10 DVD supplémentaires de leur reportage. Fin mai, une présélection sera rendue publique.

    Le Jury

    Le jury, présidé par Annick Cojean est composé de : Lise Blanchet, Hervé Brusini, Thierry Desjardins, Jean-Claude Guillebaud, François Hauter, Christian Hoche, Catherine Jentile, Marc Kravetz, Jean-Xavier de Lestrade, Manon Loizeau, Alain Louyot, Jean-Paul Mari, Delphine Minoui, Michel Moutot, Philippe Rochot, Patrick de Saint-Exupéry, Frédéric Tonolli et Olivier Weber.
    S’y ajoutent cette année les lauréats de 2015, Luc Mathieu, Cécile Allegra et Delphine Deloget et ceux de 2016, Claire Meynial, Sophie Nivelle-Cardinale et Etienne Huver.

    Information

    Pour toute question, rendez-vous sur le site du Prix.
    Vous pouvez aussi vous adresser à Stéphane Joseph albert.londres scam.fr - 0033 1 56 69 58 88

  • Appel à candidatures : pitches de projet de Spectacle vivant au festival d’Avignon 2017
    Le 3 avril 2017
    Chaque année, la SACD est présente à Avignon aux côtés des auteurs, pour les aider à assurer leur promotion et à rencontrer d’autres professionnels. En 2017, la SACD organisera des actions (...)
    Venez pitcher votre projet !

    Dans le cadre de sa collaboration avec le Théâtre des Doms, la SACD organise depuis plusieurs années une séance de "pitching" de projets en utilisant la dynamique du PechaKucha.

    Cette séance aura lieu le dimanche 16 juillet à 22h au Théâtre des Doms. Elle est ouverte à tous les auteurs de spectacle vivant (théâtre, chorégraphie, cirque, performance…) de la SACD ayant un projet à présenter et recherchant des partenaires professionnels pour le mener à bien.

    Vous avez écrit un texte et vous cherchez LE metteur en scène qui saura le porter sur le plateau ? Vous êtes à la recherche de coproducteurs ou d’un espace de résidence pour développer votre projet ? A vous de jouer !

    Déroulé de la séance

    Cette séance de pitch se déroulera sur le mode du PechaKucha , c’est à dire qu’elle repose à la fois sur la parole de l’auteur et une projection d’images choisies pour représenter le projet, le tout en un temps limité.

    Chaque participant commente pour le public 20 images projetées sur un grand écran pendant 20 secondes chacune, soit 6 minutes 40 pour faire découvrir un projet, un univers, une histoire… et donner envie d’en savoir plus !
    Ce format créatif et ludique convient parfaitement aux auteurs de la scène, et permet d’en dire beaucoup en peu de temps. Pour en savoir plus, découvrez l’album photo du festival d’Avignon 2016.

    Comment participer ?

    Cet appel s’adresse aux auteurs de Spectacle vivant membres de la SACD : le Comité belge de la SACD prévoit un soutien financier de 500€ pour aider quelques auteurs à faire face à leurs frais de déplacement et de logement.

    Vous avez prévu d’être à Avignon et vous avez envie de présenter un texte terminé, un projet en élaboration, un spectacle qui sera créé bientôt ? Proposez-nous votre projet et demandez la bourse « Un ticket pour Avignon » !

    Conditions d’éligibilité

    Vous avez accès à cette bourse si :

    • vous êtes auteurs de spectacle vivant membre de la SACD (en Belgique)
    • vous avez un projet pour la scène (en cours d’élaboration ou achevé) à présenter
    • vous avez prévu de vous rendre au festival d’Avignon et souhaitez participer à cette séance de pitching de projets
    Composition du dossier

    En un seul document (word ou pdf) de 5 pages maximum *

    • Lettre de motivation justifiant la demande de bourse
    • Présentation du projet que vous souhaitez pitcher
    • Exemple d’une image que vous souhaiteriez projeter
    • CV professionnel

    Les dossiers doivent être envoyés au plus tard le 7 mai 2017 à l’adresse actionculturelle sacd-scam.be.

    Pour plus d’informations

    N’hésitez pas à contacter Anne Vanweddingen et Célyne van Corven du Service d’action culturelle : 02 551 03 62 - actionculturelle sacd.be, ou sur facebook, SACD.

    * NB : Si vous avez déjà un dossier plus long vous pouvez bien entendu l’envoyer, mais l’administration se réserve le droit d’en présenter une version réduite au Comité belge de la SACD, qui pourra le consulter in extenso sur demande.

  • mars

    Écriture en campagne - appel à candidatures 2017 pour des projets d’arts du cirque et de la rue
    Le 28 mars 2017
    La SACD (France et Belgique), La Chaufferie-Acte1, Théâtre & Publics et Latitude 50 s’associent pour proposer une aide à l’écriture destinée aux compagnies du secteur des arts du cirque et de la rue (...)

    Des résidences d’écriture couplées à un accompagnement avec un auteur-expert permettent aux porteurs de projet d’être conseillés et accompagnés dans leur démarche d’écriture, que celle-ci soit à la table ou au plateau, et de réfléchir à la structure narrative, à la dramaturgie et à tous éléments créatifs qui donnent forme au spectacle.

    Les compagnies sélectionnées bénéficient d’une bourse couvrant l’intervention de l’auteur-expert et d’une période de résidence d’écriture de minimum 5 jours à Latitude 50, pôle des arts du cirque et de la rue situé à Marchin.

    La bourse

    Le montant de la bourse Écriture en Campagne s’élève à 1000 € pour une compagnie belge, et à 1500 € pour une compagnie française. Cette bourse est destinée à couvrir les frais de venue en résidence de la compagnie (déplacements, repas, …). Quant à lui, l’expert recevra la somme de 1000 € pour son travail d’accompagnement et bénéficiera d’une intervention financière -à définir- couvrant une partie des frais engagés (déplacements, repas, …).

    Dans le cadre d’Écriture en campagne, le logement et les espaces de travail sont mis gratuitement à disposition. Aucun autre défraiement n’est prévu.

    Les objectifs et les modalités de travail sont définis dans une convention signée par l’auteur, l’expert et les partenaires d’Écriture en campagne. L’accompagnement se clôture par un rapport cosigné par les deux parties résumant les étapes qui ont jalonné le travail.

    L’auteur-expert sera une personne ayant une expérience en dramaturgie. Ce sera un guide, un regard bienveillant, jouant le rôle d’un miroir, interrogeant le projet. Il ne sera pas le co-auteur. Le comité défend la transversalité afin d’enrichir les projets, c’est pourquoi il est tout à fait possible que l’auteur-expert proposé reflète cette volonté.

    Conditions de participation

    • Être une compagnie professionnelle, belge ou française, du secteur des arts du cirque et de la rue ;
    • Se rendre disponible pour une résidence d’écriture de minimum 5 jours à Latitude 50 à Marchin durant la saison 2017-2018 (agenda défini avec la compagnie) ;
    • Être en cours de création ;
    • Maitriser la langue française ;
    • Respecter les conditions habituelles d’accueil en résidence de Latitude 50.

    Composition et envoi du dossier

    Ce dossier, envoyé en un unique PDF doit comprendre les éléments suivants :

    • Une lettre de motivation identifiant les besoins spécifiques de la compagnie en matière d’écriture, ainsi qu’une argumentation justifiant la pertinence de l’intervention d’un auteur-expert (2 pages maximum) ;
    • Une présentation du projet de création et sa situation au moment de la demande (aides reçues, soutiens, pour les projets destinés à la rue, expliquer les raisons d’être dans l’espace public…) (2 pages maximum).
    • Une présentation de la compagnie, des projets antérieurs, des participants (1 page maximum, liens vers site autorisés) ;
    • Éventuellement, la suggestion argumentée d’un auteur-expert, accompagnée de sa candidature (2 pages maximum).

    Les candidatures sont ouvertes jusqu’au dimanche 23 avril à minuit et doivent être envoyées via le formulaire de Latitude 50.

    Un comité composé d’auteurs et de représentants de la SACD, de La Chaufferie -Acte1-, de Théâtre & Publics et de Latitude 50 sélectionnera les candidatures des compagnies et choisira l’expert-auteur en concertation avec la compagnie.

    Informations

    Pour toutes vos questions sur le lieu, les modalités de la résidence ou la composition du dossier, merci de vous adresser à Muriel Dominé, à Latitude 50 : +32 (0)85 41 37 18 - muriel latitude50.be.

  • Prélèvement à la source : de nouvelles modalités
    Le 23 mars 2017
    Société internationale, la SACD perçoit pour vous vos droits lorsque vos œuvres sont diffusées à l’étranger, veille à verser le précompte mobilier avant de vous payer et à vous éviter une double imposition (...)

    Un formulaire pour éviter la double imposition

    Comme la plupart des auteurs de la SACD Belgique, vous nous avez mandatés pour récupérer auprès de l’administration fiscale les formulaires RF5000 et 5003, les formulaires de dispense fiscale permettant d’éviter la double imposition entre la France et la Belgique.

    A ce jour la plupart de ces dispenses nous ont été retournées par l’administration pour compte de nos membres, ce qui nous permet de vous payer vos droits, déduction faite du précompte mobilier obligatoire Belge uniquement.

    De nouvelles modalités

    Pour information, jusqu’à ce jour nous attendions la réception de la dispense fiscale avant de verser les droits de source non belge. Depuis le 1er janvier 2017 nous sommes contraints, en application des dispositions fiscales françaises, de payer l’ensemble des droits dus au plus tard pour le 31 mars, dispenses fiscales réceptionnées ou non.

    Cela implique que jusqu’à la réception des formulaires de l’administration, la SACD vous versera les droits perçus pour votre compte, déduction faite de la retenue à la source française de 33,33%, et de la retenue fiscale belge de 15%.

    Toutefois, dès que ces formulaires complétés seront retournés par le fisc, la SACD procédera au remboursement total de cette retenue fiscale française de 33,33% en fonction de la convention fiscale de double imposition en vigueur.

    Les droits que vous toucherez ensuite dans l’année ne seront plus affectés par ce prélèvement.

    Soyez convaincus que nous mettons tout en œuvre pour obtenir les dispenses fiscales dans les plus brefs délais afin de vous éviter d’être concernés par cette mesure.

    Pour plus d’information

    Nous restons à votre entière disposition. N’hésitez pas à contacter Béatrice Buyck qui répondra à vos questions : bbuyck sacd-scam.be - 02 551 03 20.

  • Décrochez une Étoile de la Scam !
    Le 23 mars 2017
    Les Étoiles de la Scam sont un dispositif de soutien à la création et aux auteurs d’œuvres audiovisuelles documentaires, qui apportent aux auteurs distingués une aide financière pour poursuivre leur (...)

    Les Étoiles de la Scam

    En 2005, la Scam a ouvert un nouveau chapitre de sa politique culturelle d’aide aux auteurs en créant Les Étoiles de la Scam. Chaque année, ces Étoiles mettent en lumière trente œuvres déclarées au répertoire de la Scam et ayant été diffusées au cours de l’année précédente : documentaires, reportages, web-documentaires, œuvres d’art numérique, films institutionnels.

    La Scam affirme ainsi sa volonté de soutenir les auteurs dans leur diversité et leur aspiration à toujours plus de créativité, d’originalité, d’authenticité et de rigueur.
    Les Étoiles apportent aux auteurs, non seulement une aide financière puisque chacune est dotée de 4.000 euros, mais également une reconnaissance, une visibilité dans la profession.
    La commission du répertoire audiovisuel de la Scam présélectionne soixante œuvres parmi les candidatures présentées par les auteurs. Un jury indépendant de cinq auteurs, mandaté par le Conseil d’administration et renouvelé chaque année, choisit les trente œuvres et rend sa décision en juin. Les trente œuvres étoilées sont projetées lors du Festival des Étoiles à l’automne au Forum des Images.
    Bonne chance à chacun !

    Mon œuvre peut-elle concourir ? Quelles sont les diffusions prises en compte ? Combien d’œuvres puis-je soumettre ? Les réponses à ces questions et bien d’autres sont ici.

    Calendrier 2018 et formulaire d’inscription

    Le dépôt des candidatures s’effectue désormais exclusivement en ligne via un formulaire d’inscription ouvert à des dates de sessions précises en fonction de la date de première diffusion de votre œuvre.

    Trois sessions d’inscription sont possibles selon la date de la première diffusion de votre œuvre :
    Session n°1
    Inscription du 1er février au 31 mai 2017 pour les œuvres diffusées la première fois en janvier, février, mars, avril 2017. > Accéder au formulaire d’inscription

    Session n°2
    Inscription du 1er mai au 30 septembre 2017 pour une première diffusion en mai, juin, juillet, août 2017.

    Session n°3
    Inscription du 1er septembre 2017 au 31 janvier 2018 pour une première diffusion en septembre, octobre, novembre, décembre 2017.

    Attention, aucun dossier en retard ne pourra être accepté.

    Informations complémentaires, modalités, règlement et bulletin d’inscription sur le site de la Scam France et auprès de candidaturesetoiles scam.fr.

  • Déprogrammation du film Chez nous : le Front National de la censure
    Le 21 mars 2017
    La SACD Belgique se joint à l’initiative de la SACD France pour dénoncer la censure dont a été victime le film de Lucas Belvaux, Chez nous, déprogrammé brutalement du cinéma municipal de Luc-en-Provence (...)

    La SACD Belgique se joint à l’initiative de la SACD France pour dénoncer la censure dont a été victime le film de Lucas Belvaux, Chez nous, déprogrammé brutalement du cinéma municipal de Luc-en-Provence par son maire Front National, Pascal Verrelle.

    Censé incarner et défendre les valeurs de la République, cet élu a préféré les fouler aux pieds, en retirant ce film qui raconte l’ascension d’un parti populiste dans le Nord de la France.

    C’est un acte de censure politique assumé et une remise en cause intolérable de la liberté de création et d’expression.

    Les auteurs de la SACD apportent tout leur soutien à Lucas Belvaux et réaffirment le droit et la nécessité absolue pour la création de pouvoir continuer à user de sa liberté contre tous les obscurantismes et contre tous les totalitarismes.

    Contact presse :
    SACD / Société des Auteurs Compositeurs Dramatiques
    Agnès Mazet – 01 40 23 45 11 – agnes.mazet sacd.fr
    www.sacd.fr

  • Rencontre Brouillon d’un rêve : une synthèse
    Le 3 mars 2017
    C’est parce qu’il n’y a que très peu de sources de financement que Brouillon d’un rêve a été créé et existe, afin de soutenir le documentaire de création. Depuis 1981, ce dispositif (dont le financement (...)

    Retrouvez dans cette synthèse des détails sur :
    . l’esprit de la bourse
    . le déroulement du processus
    . le règlement
    . composition des dossiers
    . qu’est-ce qu’un bon dossier ?
    . les lecteurs et le jury

    NB : en raison des intervenants et des auteurs présents lors de la rencontre, il y a surtout été question de documentaire. Sauf indication contraire, ces observations restent valables pour les autres répertoires.
    Pour toute question, vous pouvez vous adresser à l’équipe qui gère Brouillon d’un rêve à la Scam France :
    Responsable de l’aide à la création : Lise Roure +33 1 56 69 58 40. _ Assistante de l’aide à la création : Fanny Viratelle : +33 1 56 69 58 06. _ Mail : brouillondunreve scam.fr

    Esprit de la bourse :

    Ce qu’il faut envoyer au jury, c’est bien une étape de recherche, et non pas un projet abouti. Il ne s’agit pas de donner des réponses ni de faire état de dispositifs bien définis dans des dossiers trop bien ficelés, mais bien plutôt de partager des questionnements autour d’un geste documentaire, en train de se cristalliser autour d’un projet, en gardant bien à l’esprit que celui-ci est soumis non pas à des éditeurs ou producteurs, mais à des auteurs. De fait le jury valorise avant tout des écritures singulières et cherche à faire émerger des démarches novatrices, loin des formes classiques et télévisuelles. Les auteurs peuvent donc prendre des risques.

    Brouillon d’un rêve accueille des désirs d’auteurs qui ne trouvent pas leur place dans des dispositifs plus traditionnels. L’idée n’est pas non plus d’exclure un type de projet, et des écritures plus classiques peuvent aussi être les bienvenues. En aucun cas cette bourse n’est un dispositif qui permettrait à d’autres guichets ou organisations de se déresponsabiliser en disant « c’est Brouillon d’un rêve qui paye »

    Déroulement du processus :

    - Inscription en ligne (selon un calendrier bien précis : attention après la date à minuit il faut attendre l’année suivante)
    - Lise Roure (qui coordonne ce programme à la Scam France) fait une pré-lecture afin le cas échéant de ré-aiguiller certains dossiers.
    - Étude de tous les dossiers par les lecteurs qui font remonter au jury les projets qui leur semblent justes – la présélection est définie après 4 mois environ.
    - Étude par le jury qui sélectionne des projets et leur attribue une bourse au montant variable, évalué de la manière la plus juste possible et en fonction du budget disponible. La sélection définitive est publiée environ 5 mois après la clôture des candidatures.
    - Qu’ils soient écartés par les lecteurs ou plus tard par le jury, tous les projets sont étudiés. Les candidats dont les projets ne sont pas retenus reçoivent une note de 5 à 10 lignes de leur lecteur. Très attendus, parfois reçus de manière violente, ces avis doivent cependant être lus et relus car ils se veulent constructifs, et les lecteurs cherchent avant tout à mettre en avant ce qui leur a semblé intéressant.

    En moyenne, 15% des projets déposés sont soutenus (c’est davantage qu’au CNC), par un montant maximum de 6.000 euros.

    Règlement

    Le détail du règlement est détaillé dans chaque appel à candidature, à lire attentivement.

    Pour rappel, une seule participation est autorisée par personne et par année civile (tous projets confondus, même dans des répertoires différents). L’auteur lauréat n’est pas soumis à une obligation de terminer son projet, il n’y a pas de limite temporelle ni de somme à rembourser si le développement est plus long que prévu. Il est possible de redemander une bourse après en avoir reçu une, à la condition expresse que le projet mené grâce à l’octroi de la première bourse soit mené à bien.

    Un projet aidé peut changer de forme (un film devenant une création sonore…) : à chaque projet sa vie et son trajet.

    Composition du dossier :

    Les pièce à joindre au dossier sont précisées dans l’appel à candidature, à lire attentivement.

    Le dossier doit comporter des pièces écrites (note d’intention, synopsis, état d’avancement…), tout simplement parce que les lecteurs et le jury ont besoin de cette matière commune à tous les candidats.

    Les dossiers « scolaires » ne sont pas à privilégier, chaque auteur peut s’offrir des libertés pour présenter son dossier de la manière qui semble la plus juste artistiquement. Il faut que la matière y soit, mais agencée de manière créative, personnalisée… attention toutefois à bien titrer et identifier les différents éléments du dossier pour que les lecteurs s’y repèrent.

    Nombre de pages :
    . audiovisuel : 15 pages (+ 15 minutes de rush)
    . sonore : 5 pages
    . littéraire : 20 pages dont un synopsis du projet, ses inspirations et des extraits, pour montrer la matière. Tous les genres de l’écrit (littérature, BD, poésie, essai…) sont concernés, mais la thématique doit être autour d’un geste créatif.

    NB : si le dossier est juste, complet et cohérent en seulement trois pages alors cela suffit.

    Il est aussi possible d’ajouter des rushes (plutôt que des séquences montées), du son, du texte…

    Les questions liées à la viabilité économique ou à la faisabilité matérielle n’entrent pas en ligne de compte, sauf peut-être pour ce qui concerne les arts numériques : dans ce cas il vaut mieux avoir éprouvé le dispositif, testé l’idée sur le plan technique, qui doit rester réaliste.

    Il est important aussi de motiver l’usage qui sera fait de la bourse : sans donner des chiffres détaillés ni un budget à l’euro près ou même un plan de financement, simplement pour faire état des besoins au moment de l’écriture… attendu qu’on considère que ce n’est pas à l’auteur d’assumer les frais de production.

    Il convient d’expliquer au jury d’où vient l’idée qui va occuper l’auteur pendant deux ou trois ans, expliquer son histoire, son approche (attention à ne pas confondre genèse du projet et la note d’intention).

    Il est aussi intéressant de replacer la proposition dans un parcours d’auteur (au-delà du simple CV), de préciser si le projet s’inscrit dans une continuité ou en rupture par rapport aux travaux, thématiques, médias explorés jusque là, et de révéler la démarche artistique de l’auteur. Cela est d’autant plus crucial dans le cas des auteurs belges dont les parcours ne sont pas nécessairement bien connus des lecteurs français.

    Qu’est-ce qu’un bon dossier ?

    L’enjeu est de connecter le jury à son désir de film, de poser un geste. Tout est possible, tout est envisageable et il n’existe pas de norme ; il faut viser la justesse par rapport à son sujet. Il n’existe pas de dossier modèle, mais il reste intéressant de découvrir des dossiers lauréats, et de se confronter à d’autres démarches d’auteurs. Pour cela, plusieurs possibilités :

    . sur le site de la Scam, on peut consulter la liste des lauréats et les résumés des projets précédemment aidés
    . le site du CNC propose une « scénariothèque » consacrée au documentaire
    . à la Maison des Auteurs de Paris il est possible de lire des dossiers boursiers et de voir les films qui en ont résulté
    . sur la plateforme Tënk, une plage spéciale Brouillon d’un Rêve permet de visionner des films soutenus par le dispositif, et de lire les dossiers correspondant.

    C’est dans le trajet entre le dossier et le résultat qu’on apprend, il est donc très intéressant de voir l’espace et les directions qu’ont pris les germes plantés dans les dossiers.

    On sait que souvent les auteurs se sentent obligés de présenter des dossiers très léchés, mais l’inverse à Brouillon d’un rêve, il faut se lancer ! Mieux vaut poser les bonnes questions que donner les bonnes réponses. D’ailleurs pour la création sonore, qui reste une discipline de l’oralité, on constate qu’il n’y a pas cette culture du dossier, voire qu’on se méfie des dossiers trop peaufinés ou des écritures trop normées. À bon entendeur…

    Certaines thématiques sont récurrentes dans les dossiers soumis, comme dans l’air du temps (les migrants, la transmission…). Ne pas hésiter à consulter les dossiers précédemment aidés, ce qui permet de ne pas faire un énième film sur tel ou tel sujet… d’autant plus que rien que pour le documentaire, le jury reçoit près de 700 projets au cours des 6 sessions annuelles. Il faut se distinguer, se démarquer, mettre en évidence l’urgence, la nécessité de son projet en particulier. Le sujet d’ailleurs ne suffit pas, il faut aussi pouvoir mettre en évidence l’expression d’une pensée singulière, d’un geste artistique.

    Lecteurs et Jury :

    Des membres extérieurs sont invités, ainsi que des auteurs d’autres répertoires que celui à l’étude, dans une volonté de confrontation des cultures et d’ouverture.

    Ce ne sont pas des producteurs, des diffuseurs, des éditeurs ni des financeurs mais bien des auteurs qui reçoivent les dossiers. Il s’agit donc de les sensibiliser par une démarche, une façon d’accrocher le réel. Ils liront attentivement chacun des dossiers reçus, et motiveront leur choix, quel qu’il soit.

    Paroles d’ancien lecteur : « lecteurs et jurys sont ouverts et bienveillants, ils ne demandent qu’à être étonnés ! ».

  • février

    Déclarez vos oeuvres pour obtenir vos droits de reprographie 2015-2016
    Le 23 février 2017
    Afin de pouvoir vous verser vos droits d’auteur et de reprographie, nous avons besoin de connaître toutes vos œuvres éditées : cela est possible grâce à la déclaration. Un versement de droits de (...)

    La déclaration

    La déclaration est la carte d’identité de votre œuvre. Elle contient toutes les informations nécessaires pour identifier l’œuvre et son ou ses auteur(s).

    C’est aussi le document qui permet de vous rémunérer lors de la copie, ou utilisation d’extraits. Tous les auteurs impliqués dans la création de l’œuvre doivent signer le bulletin de déclaration, qui indique le partage des droits entre eux.

    Quand déclarer son œuvre ?

    Nous vous versons vos droits deux fois par an, sur la base des œuvres déclarées au titre de l’année précédente.

    Les déclarations portant sur les publications de 2015 doivent nous parvenir pour le 31 mars 2017 au plus tard pour faire partie du calcul de la 2e tranche 2015. Vous pouvez déclarer les œuvres, ainsi que les rééditions et retirages de vos œuvres déjà déclarées.

    Les déclarations portant sur les publications de 2016 doivent nous parvenir pour le 30 juin 2017 au plus tard pour faire partie du calcul de la 1e tranche 2016. Vous pouvez déclarer les œuvres, ainsi que les rééditions et retirages de vos œuvres déjà déclarées.

    Comment faire ?

    En ligne

    Pour plus de simplicité, vous pouvez encoder directement et à tout moment vos œuvres dans votre espace membre, le portail www.auteuronline.be.
    L’accès au déclaratif se fera avec vos codes auteur et secret. Si vous les avez égarés, vous pouvez toujours les demander au Service des Auteurs : servicedesauteurs sacd-scam.be.

    Un mode d’emploi est disponible et vous permettra de résoudre les questions les plus fréquentes, il est disponible ici.

    Par mail ou par courrier

    Si vous le préférez, vous pouvez également nous envoyer une mise à jour de votre déclaration par mail ou par courrier sans oublier ces informations indispensables :

    • Titre de votre œuvre (ou de votre contribution s’il s’agit d’un ouvrage de collaboration) ;
    • Année d’édition ou de divulgation ;
    • Tirage en Belgique ;
    • Nombre de page(s) ;
    • Éditeur(s) ;
    • Titre du périodique éventuel.

    Nos services se chargeront alors de leur encodage.

    Contact

    Pour toute précision complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter :
    Service des auteurs au 02 551 03 42 - servicedesauteurs sacd-scam.be
    Service documentation au 02 290 08 01 - documentation sacd-scam.be

  • Quelques conseils pour les auteurs de séries : à lire avant de signer votre contrat !
    Le 17 février 2017
    L’appel à candidatures du Fonds Wallonie-Bruxelles et de la RTBF pour les séries belges est ouvert et se clôture le 23 février. Nous espérons que les auteurs seront nombreux à proposer des projets, et (...)

    Quel accord entre le producteur et l’auteur faut-il déposer dans le dossier de l’appel à projet ?

    Dans les conditions de dépôts des projets RTBF pour les séries il est prévu que le dossier doit comprendre :

    « Les projets de contrats avec les auteurs, ou un memo deal précisant les rapports juridiques et financiers entre le producteur et les auteurs et notamment les montants (salaires et droits d’auteur) qui seront versés aux auteurs, les modalités de paiement et les droits respectifs des parties. »

    En clair il n’est pas nécessaire de conclure un contrat dans l’urgence avec votre producteur, il suffit de déposer un document qui indique que vous êtes en négociation avec le producteur. Pour une telle négociation, un contrat d’option ouvrant à une négociation est suffisant. Vous trouverez en pièce jointe (bloc "documents à télécharger" en haut à droite) un modèle de contrat d’option adapté aux séries.

    L’expérience nous montre qu’il faut du temps pour négocier et signer ce type de contrat, qui est devenu très complexe. Cette complexité permet tout à la fois de préserver vos droits et de donner lieu à une exploitation sereine d’une série dont le développement prend plusieurs années de travail intense. La signature d’un contrat pour ce type de projet, dans souvent dans un empressement souvent factice, ne s’improvise pas.
    La toute grande majorité des producteurs sont ouverts à une négociation équilibrée des contrats.

    Toute cession succincte des droits au producteur est à déconseiller, car souvent vous perdez un avantage significatif dans la négociation. Pour utiliser une métaphore, ces contrats prévoient souvent que vous vendez votre maison sans avoir défini ni le prix, ni la possibilité pour vous de continuer à occuper la maison. Nous vous proposons aussi de télécharger un contrat de cession de droits adapté aux séries.

    Dans tous les cas, il est impératif que vous fassiez relire votre contrat par un juriste spécialisé. La SACD propose ce service gratuitement à ses membres. N’hésitez pas à nous contacter :juridique sacd-scam.be - 02 551 03 68

    Quels sont les éléments contractuels auxquels il faut être attentif ?

    Cession sur les droits d’auteur :

    Plusieurs paramètres concernant vos droits sont à considérer attentivement.

    • Il faut veiller à ce que vous soyez le ou un des coauteurs de la série durant tout son développement et à ce que vous puissiez décider de concert avec le producteur du choix d’autres auteurs éventuels
    • Il faut veiller soit à conserver les droits de remake, prequel, sequel et spin off sur les saisons suivantes, soit, si vous cédez les droits, à prévoir dans le contrat que vous interviendrez dans la création de ses saisons suivantes, voire des autres œuvres audiovisuelles déclinées à partir de la série
    • Il faut limiter la cession des droits à la première saison de la série
    • Il faut limiter la cession des droits à 30 ans maximum à dater de la signature du contrat
    • Il faut prévoir que si le projet n’est pas retenu par la RTBF ou si la version définitive de la série n’est pas terminée dans un délai de cinq ans, vous récupérez vos droits.
    Les rémunérations

    L’appel à projet prévoit :

    • une enveloppe de 35.000 € pour l’écriture de la bible (bible, neuf synopsis et la continuité dialoguée du premier épisode)
    • un budget d’écriture de 167.500 €, soit 6,10% du budget minimum de production d’une saison

    > Si ces enveloppes peuvent prévoir l’intégration de différents frais, ceux-ci sont à négocier afin que les auteurs puissent augmenter une rémunération qui correspond au minimum à 18 mois de travail.

    > Le contrat doit prévoir une rémunération proportionnelle calculée sur les recettes nettes parts producteur.

    Collaboration entre les auteurs

    Nous vous invitons à conclure avec les coauteurs une convention de collaboration qui doit prévoir :

    • La manière dont le travail va s’organiser
    • La ou les personnes qui prendra(ont) la direction d’écriture ou artistique du projet
    • Les modalités de partage des rémunérations versées par le producteur et de la gestion collective
    • Les mentions au générique
    • La façon dont vous allez gérer les différends entre vous afin de ne pas bloquer le projet

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |> |...

Liens utiles