Accueil du site / Home_fr / Actualités / Vie de la Maison des Auteurs / Rencontre avec les scénaristes d’Ennemi public - épisode 4

L’ennemi public est dans les murs ! À la Maison des Auteurs, nous le côtoyons depuis plusieurs semaines, ou plus exactement l’équipe des scénaristes de la série à succès Ennemi public travaille dans nos locaux. Une bonne occasion d’aller les rencontrer pour les interroger sur leur pratique de scénaristes de série, la spécificité de cette écriture, leurs besoins… Après un point sur la genèse de leur projet, sur l’écriture en collectif et le rapport au public, nouvel épisode de cette série d’entretiens sur la routine d’écriture. Et toujours garanti 100% sans spoiler !

Les horaires, ça fait un bien fou !

Ce qu’on fait en arrivant le matin ? du café ! On n’a pas encore beaucoup aménagé l’espace mais on a amené une machine à café. À part ça, strictement parlant on n’a pas vraiment de routine, on est plutôt dans la résolution de problèmes qui surgissent jour après jour.

On est arrivés il y a deux mois mais on a commencé à travailler en juillet, là on arrive à la fin du processus : la phase de travail où on rentre chacun chez soi écrire, où on est quasiment une semaine ici une semaine à la maison pour écrire nos épisodes.

Pour écrire la saison 1 on était principalement chez Mathieu, sa pauvre compagne a dû subir notre présence et nos pizzas le soir, nos bières aussi. À un moment donné quand 18h passaient, on allait chercher des chips, des bières, et on restait jusqu’au 21h, parfois minuit en se disant toujours qu’on allait reprendre le travail… et deux fois sur trois on ne passait la soirée à discuter.

Quand on est ici à la Maison des Auteurs, on fait des horaires de bureau, de 9h à 18h. On a mis en place ces horaires parce qu’on ne les avait pas. Ça nous fait un bien fou, ça nous aide d’avoir un cadre.

Le lieu de travail comme sanctuaire

On s’est aussi dit que c’était bien ne pas travailler chez soi, que notre atelier s’incarne dans un lieu. Il y a plusieurs possibilités, on n’est d’ailleurs pas convaincus qu’un bureau soit ce qu’il y a de mieux pour un atelier. Dans un café on ne voit même pas comment on pourrait arriver à écrire, on a vraiment besoin de se concentrer.

On a testé pas mal de lieux. On a d’abord essayé dans un appart mais en tombant dans tous les pièges de l’appartement, c’est-à-dire un canapé dans lequel on a envie de faire une sieste, une cuisine – et comme on aime tous cuisiner on cuisine pendant des heures des plats pas possibles et on perd du temps…

Sinon on pense toujours à ces auteurs des studios Warner à qui on donne une maison entière au sein du studio, souvent c’est une maison de décors en fait, c’est super ! Les scénaristes ont leur petite maison, leur petit jardin, ils sont chez eux. Malgré tout ils n’y vivent pas : ils ont des horaires de bureau et rentrent chez eux le soir, mais ils travaillent dans une ambiance cosy, comme à la maison.

Ce qui est vraiment bien ici c’est qu’on est vraiment tranquilles. Ce côté « sanctuaire » de l’atelier c’est vraiment important. On croise toujours deux, trois personnes en arrivant mais une fois dans notre bureau on est très tranquille. Ici c’est monacal et en même temps on a la vue sur la rue où il se passe beaucoup de chose, c’est Chicago !

En attendant la fin

Relisez le premier épisode, sur la genèse du projet, le deuxième sur l’écriture et le travail en collectif, et le troisième sur le rapport au public, ou découvrez ce quelles sont les influences de ces auteurs, en vidéo sur Bela ! À suivre : les besoins d’un scénariste de série…

Dans la même rubrique

Liens utiles