Actualités

Nos auteurs et autrices ont brillé aux Prix de la Critique !

Ils ont célébré une saison bien particulière, mais comme chaque année les Prix de la Critique ont eu lieu, mettant en lumière la richesse et la diversité de notre spectacle vivant... et comme chaque année, nous avons le plaisir et la fierté de découvrir que parmi les lauréat·e·s se trouvent beaucoup de nos membres. Bravo à tous et toutes !

 

Nous tenons à féliciter tous les nommé·e·s, et plus particulièrement nos talentueux auteurs et autrices :

. Julie Tenret, Sicaire Durieux et Sandrine Heyraud, auteurs et metteurs en scène du meilleur Spectacle, Dimanche (également meilleure Réalisation artistique et technique)

. Sophie Linsmaux et Aurelio Mergola, meilleure Mise en scène pour No One

. Leslie Mannès et Thomas Turine (avec Vincent Lemaître), auteur du meilleur Spectacle de danse pour Forces

. Guillermo Guiz, auteur du meilleur Spectacle d'humour, Au suivant !

. Natacha Belova, autrice avec Tita Iacobelli du meilleur Seul en scène pour Tchaïka

. Magrit Coulon, meilleure Découverte pour Home

. Le Collectif la Brute, meilleurs Auteurs et Autrices pour Paying for it

. Catherine Magis, qui reçoit avec Benoît Litt le Prix Bernadette Abraté.


Mais aussi Antoine Laubin, qui a mis en scène Adrien Drumel dans Le Roman d'Antoine Doinel, une interprétation pour laquelle il obtient le Prix du meilleur Comédien,Éléna Doratiotto et Benoît Piret qui ont offert à Jules Puirabaud, sacré Meilleur Espoir masculin, son rôle dans Des caravelles et des batailles, et Antonin Jenny, metteur en scène des Falaises, qui ont valu à Charles-Hippolyte Chatelard le Prix de la meilleure Scénographie..

Cette cérémonie a également été l’occasion de rendre un hommage collectif à des personnalités qui ont, chacune à leur manière, façonné le paysage des arts vivants, et qui nous ont quittés en 2020 : Raymond Ravar, Gérard Vivane, Philippe Grombeer, Jacques De Decker et Olindo Bolzan.

Voir ici le palmarès complet et là la cérémonie de remise des Prix en vidéo.

 

 

 

 

prix maeterlinck critique